Salutations de l'auteur à l'aliénation parentale à la fin de 2014.
download
Bibliografie pour ce texte

Les informations actuelles de l'auteur à l'aliénation parentale à la fin de 2015.
download


Le Parental Alienation Syndrome (PAS).

Défi interdisciplinaire à relever par les métiers impliqués dans le divorce.

Le Syndrôme d'Aliénation Parentale (SAP/PAS)
Impacts de la séparation et du divorce sur les enfants et sur leur vie d'adulte

L'accroissement des cas de divorce s'accompagne d'un nombre croissant de cas où un des parents tente d'aliéner l'enfant commun des divorcés et d'empêcher le contact avec l'autre parent.

Une telle situation crée des défis croissants pour les juges aux affaires matrimoniales, pour les avocats, les agents des offices pour la jeunesse, pour les experts, les pédiatres, les psychiatres de l'enfant et des adultes, les thérapeutes et pour les agents de l'administration judiciaire chargée de la procédure. Parmi les différentes théories d'explication et les tentatives de solution des phénomènes d'aliénation, c'est le concept américain du PAS développé par le professeur R.A. Gardner, psychiatre de l'enfant, qui rencontre une approbation croissante, mais aussi des critiques internationales. Cette conférence est censée apporter une réponse aux discussions interdisciplinaires spécialisées et à l'implication sur une base plus large des tribunaux compétents dans les affaires matrimoniales dans les décisions portant sur le droit d'exercice de l'autorité parentale et sur le droit de fréquentation, et à encourager l'activité de recherche dans ce domaine.

Informations sur l’Aliénation Parentale et sur le Parental Alienation Syndrome (PAS) /Syndrome d’Aliénation Parentale (SAP)

Chers collègues, Madame, Monsieur,

Les organisateurs de la conférence internationale sur le Parental Alienation Syndrome (PAS) / Syn­drome d’Aliénation Parentale (SAP) (qui s’est tenue en octobre 2002 à Francfort sur le Main ; voir http://www.pas-konferenz.de, et notam­ment l’abrégé de cette conférence paru aux éditions Verlag Wissenschaft und Bildung, Berlin 2003) tiennent à vous trans­mettre les informations ci-après au sujets de l’Aliénation Parentale et du Syndrome d’Aliénation Parentale, informations qui pourraient vous intéresser dans le cadre de vos travaux :

IInformations introductives sur le SAP ou PAS
Depuis quelques années, psychiatres et psychothérapeutes sont de plus en plus souvent confrontés à des enfants de parents divorcés entretemps devenus adultes d’une part et des parents concernés de l’autre, fortement traumatisés par l’aliénation parentale et par la rupture des contacts entre les enfants et l’un de leurs parents. Ces personnes présentent souvent des troubles psychiques et psychosoma­tiques en partie graves.

Des travaux de recherche plus récents qualifient les conséquences de l’aliénation induite parent – enfant de « Pathological Alienation », de « Parental Alienation » , de « Parental Alienation Disorder », d’ « Alienated Child » ou encore de « Parental Alienation Syndrome ». La notion de « Parental Alienation Syndrome » a été introduite pour la première fois en 1985 par le pédopsychiatre américain Richard A. Gardner. Les ouvrages standard de R. A. Gardner, décédé en 2003, sont les suivants : « The Parental Alienation Syndrome – a guide for mental health and legal professionals », édition 1992, édition 1998, ainsi que : Gardner/Sauber/Lorandos (éds., 2006) “The International Handbook of Parental Alienation Syndrome”.
Le syndrome d’aliénation parentale : SAP (Parental Alienation Syndrome : PAS) est un sous-type spécial d’aliénation parentale qui se manifeste chez l’enfant - surtout en cas de conflits de séparation ou de divorce - par un dérèglement causé par un comportement parental caractérisé par des actes ma­nipulateurs et endoctrineurs graves. En conséquence, l’enfant refuse tout contacte avec l’un de ses parents, pourtant tout à fait compétent et aimable, et ce d’une façon irrationnelle et sans raison réelle.
R. A. Gardner définit le syndrome d’aliénation pa­rentale comme un trouble de l’enfance survenant presque exclusivement dans le contexte de disputes relatives à l’attribution du droit de garde des en­fants. Ce trouble se manifeste essentiellement sous la forme de dénigrement infondé de l’enfant contre l’un de ses parents. Cette attitude résulte des effets concomitants de l’endoctrinement de l’enfant par son parent programmateur (qui le soustrait à un lavage de cerveau) et de la contribution de l’enfant lui-même à la diffamation de l’autre parent devenu l’archétype de l’ennemi. L’attitude hostile de l’enfant peut être justifiée en cas de maltraitance/abus ou de délaissement véritables. Dans pareil cas, le syn­drome d’aliénation parentale ne peut pas être invo­qué pour expliquer son attitude hostile.
Le concept du syndrome d’aliénation parentale (Parental Alienation Syndrome) se définit donc en fonction de trois éléments essentiels :

1) La récusation ou la diffamation d’un des parents prend l’ampleur d’une campagne dans la mesure où elles ne sont pas mises en oeuvre occasionnellement, mais en permanence ;

2) le comportement hostile est irrationnel dans la mesure où l’aliénation ne constitue pas une réaction raisonnable par rapport au comportement du parent récusé et ne repose pas sur des expériences né­gatives réelles faites avec le parent récusé ;

3) la récusation et la diffamation font partie des impacts imputables à l’influence du parent aliénateur.
En l’absence de l’un de ces trois éléments, il ne s’agit pas d’un SAP.

Dans le cas d’un enfant atteint de SAP, notamment en cas de SAP modéré et de SAP sévère (en cas de SAP faible, tous les symptômes ne sont pas toujours présents), on peut observer dans le comportement de l’enfant un ensemble typique comprenant huit symptômes principaux. L’intensité et le degré de ces symptômes sont variables : ce fait doit être rigoureusement pris en compte pour les interventions juridiques et psychologiques 
  1. Campagne de récusation et de diffamation infondées
  2. Rationalisations absurdes
  3. Absence d’ambivalence normale
  4. Réflexe de prise de position en faveur du parent programmateur
  5. Extension des hostilités à toute la famille et à l’entourage entier du parent récusé
  6. Phénomène d’indépendance  (« sa propre opinion »)
  7. Absence de sentiments de culpabilité face à la cruauté envers le parent aliéné
  8. Adoption de scénarios empruntés
Le diagnostic et l’intensité du SAP doivent être constatés sur la base du comportement de l’enfant, et non pas sur la base de l’ampleur des manipulations auxquelles l’enfant est exposé. Il est indispensable de faire un diagnostic consciencieux du système familial dans son ensemble et d’identifier la/les per­sonne(s) manipulatrice(s). Aussi est-il nécessaire d’élucider le rôle du parent dit aliéné et la part qu’il a, le cas échéant, au processus d’aliénation, afin d’éviter des faux diagnostics.
Le syndrome d’aliénation parentale n’est pas un simple acte consistant à contrecarrer ou refuser le contact d’un enfant avec son parent vivant à l’extérieur du foyer. Ce n’est pas non plus toute sorte d´aliénation de l’enfant, mais plutôt un trouble chez l’enfant issu d’un traumatisme psychique et qui relève de la psychiatrie. Contrairement à d’autres approches, telle l’approche psychodynamique en cas de refus de l’enfant d’être en contact avec un de ses parents, le SAP résulte régulièrement d’un acte consistant à empêcher ou à contrecarrer massivement la fréquentation de l’autre parent et / ou à mani­puler ou à endoctriner l’enfant, la manipulation étant l’acte – conscient ou inconscient – du parent assurant principalement l’éducation de l’enfant et / ou d’autres personnes de référence (sans diffé­rence de sexe !) dont l’enfant est dépendant. Souvent, les modèles d’identification manipulateurs pré­sentent eux-mêmes des problèmes spécifiques et des particularités psychiques comme des troubles de la personnalité narcissiques ou borderline, des expériences traumatisantes vécues durant l’enfance, un traitement paranoïde d’une crise de divorce et / ou des psychoses. Le comportement et l’attitude des professionnels impliqués dans le divorce (médecins, psychologues, juristes et agents des offices d’assistance aux jeunes) peuvent également jouer un rôle important dans le déroulement ultérieur des processus d’aliénation.
La dévalorisation, la représentation négative dénaturée et non réaliste de l’autre parent, le boycottage des fréquentations, la rupture des contacts, de fausses informations ciblées, une influence suggestive et / ou transmission de doubles messages déconcertants comptent parmi les importantes techniques d’aliénation mises en œuvre. Les enfants sont parfois victimes de violences psychiques (p.ex. menace de retirer son amour et / ou de se suicider) et physiques directes (p.ex. coups, enfermement). Ainsi, le conflit de loyauté de l’enfant est aggravé davantage encore. La peur, la dépendance et l’identification de l’enfant avec son parent aliénateur sont des facteurs importants dans la genèse des symptômes chez l’enfant. Le « syndrome de Stockholm » inhérent aux prises d’otages ou à certains systèmes de sectes, repose sur un psychodynamisme analogue. Certains cas de SAP sévère présentent des éléments com­muns avec le dynamisme inhérent au « syndrome de Munchhausen par procuration » (Muenchhausen Syndrome by Proxy : MSP); les enfants concernés ont besoin d’aide extérieure.

C’est pour pouvoir mieux aider les enfants concernés du PAS/SAP que de nombreux experts internationaux considèrent utile l’intégration du diagnostic « Parental Alienation Syndrome /Syndrome d’Aliénation Parentale » (ou « Parental Alienation Disorder »), au sens d’un trouble induit chez l’enfant, causé par un comportement parental caractérisé par des actes manipulateurs et endoctrineurs graves en cas de séparation et de divorce au DSM-5 (parution imminente) de l’American Psychiatric Association. Souvent en cas de présence du PAS/SAP, les professionnels impliqués dans le divorce ne diagnostiquent pas le SAP, minimisent l’effet psychotraumatique et omettent de procéder aux interventions nécessaires en invoquant l’absence du SAP au DSM (IV). Des enfants victimes d’actes de manipulation et d’aliénation parentale sont souvent laissés livrés à eux-mêmes pendant des années dans des conditions pathologiques atteintes de risques considérables pour leur développement psychologique et leur santé psychique.

Il reste à savoir si les résultats des re­cherches cliniques seront assez probants au moment de l’achèvement des préparatifs pour le DSM-5 pour résoudre quelques-unes des questions ouvertes quant à la validité et à la crédibilité du diagnostic SAP, aux conséquences à long terme du SAP induit chez les enfants de parents divorcés et à l’efficacité des interventions concrètes possibles en fonction du degré d’avancement de ce dérèglement spécifique chez l’enfant. Différentes études disponibles indiquent que les scénarios d’aliénation modérés et graves requièrent effectivement, outre des approches directes de psychothéra­pie, des interventions d’ordre structurel sous forme, par exemple, de réglementations relatives au droit de garde, au droit de visite et au lieu de séjour des enfants afin de laisser intact l’accès de l’enfant à ses deux parents (p. ex. Lampel, 1986 ; Clawar & Rivlin, 1991 ; Dunne & Hedrick, 1994; Gardner, 2001; Kopetski, Rand & Rand, 2005).
             Une tâche scientifique importante consiste à éclaircir dans quelle mesure il est possible de prouver l’existence de rap­ports entre l’induction du SAP chez un enfant de parents divorcés d’une part et des troubles tardifs de genre border­line, de la personnalité ou d’autres traumatismes consécutifs survenant à l’âge adulte d’autre part. En outre, il faudra éclair­cir la possibilité de déceler la présence de psychopathologies chez les parents gravement aliénants, et si oui les­quelles, et quel est le rôle que joue le parent dit aliéné ainsi que, le cas échéant, celui joué par les représentants des mé­tiers impliqués dans le processus d’aliénation. Il reste à espérer que la grande confusion sémantique autour des termes « aliénation pa­rentale » et « syndrome d’aliénation parentale » sera abandonnée afin de mieux aider concrètement les enfants de parents divorcés pathologiquement aliénés et leurs familles.

D’autres informations sur l’Aliénation Parentale et sur le Parental Alienation Syndrome (PAS)/Syndrome d’Aliénation Parentale (SAP)

  1. Vous trouverez un aperçu de la littérature scientifique internationale au sujet de l’aliénation pa­rents / enfants et du SAP sur http://home.att.net/~rawars/pasarticles.html et www.beideeltern.de/paslit.php.
    La documentation scientifique pertinente comporte entre-temps plus de 600 publications venant de plus de 30 pays répartis sur les 6 continents et relatives à l’Aliénation parentale et au Syndrome d’aliénation parentale (voir Bernet, W. et al.: "Parental Alienation, DSM-5 et ICD 11" dans : American Journal of Family Therapy, 38 (2): 76 – 187, 2010 ; au même endroit voir spéciale­ment :  "Referen­ces", p. 143 – 182, http://dx.doi.org/10.1080/01926180903586583

  2. Parution en juillet 2006 du livre : R. A. Gardner, S. R. Sauber & D. Lorandos : « International Handbook of Parental Alienation Syndrome : Conceptual, Clinical and Legal Considerations » dans : Charles C. Thomas Publisher Ltd., Springfield, Illi­nois. Ce traité exhaustif d’une qualité remarquable s’adresse aux experts intéressés des différents métiers impli­qués dans le divorce. Dans ce manuel, 32 experts de 8 pays présentent les connaissances scientifiques actuelles au sujet du syndrome d’aliénation parentale et des problèmes y afférants rencontrés au niveau de la théorie et de la pra­tique.Vous trouverez une description plus détaillée de ce manuel sous http://www.ccthomas.com/details.cfm?P_ISBN13=9780398079444 (à commander directe­ment chez l’éditeur, sur Amazon.com (USA) ou en librairie).

    Dans la banque de données de l’American Psycholocial Association (APA) on trouve deux indica­tions qui se refèrent à deux critiques du « International Handbook of Parental Alienation Syn­drome »:
    Robert M. Pressmann, American Journal of Family Therapy. Vol 35 (3) May-Jun 2007, 284 – 285. " The Interna­tional Handbook of Parental Alienation Syndrome (IHPAS) is a powerful volume that provides therapists and justices a wealth of knowledge and wisdom that may positively impact the lives of children who have become fodder in ma­rital and custodial conflicts. The International Handbook of Parental Alienation Syndrome delivers on several fronts. Structurally, it is compre­hensive, well organized and easy to navigate. It provides both an historic and cross-cultural pers­pec­tive. It reads well, with many brief case presentations as illustrations. In addition, it provides solid diagnostic and treatment guidance." (APA PsycINFO Database Record 2007).
    Christine Dunkley, British Journal of Guidance & Counseling. Vol 25 (3) Aug 2007, 357 – 358 "The strengths of this volume are its comprehensiveness and its clinical components. There is much to learn from the contributions about how children are manipulated in the aftermath of sepa­ration, and how to pre­vent and repair the damage. I would recom­mend it to any child welfare pro­fessional, particularly those involved in residency and contact disputes." (APA  PsycINFO Data­base, 2007).
     

  3. En 2007 a paru un ouvrage spécialisé, de L. F. Lowenstein, psychologue clinique et légiste anglais, au sujet du syn­drome d’aliénation parentale et intitulé  „Parental Alienation – How to Understand and Address Parental Alienation Resulting from Acrimonious Divorce or Separation“, publié par Russell House Publishing, Lyme Regis Dorset, www.russellhouse.co.uk. Dans le contexte des tra­vaux internationaux de recherche, ce livre très instructif porte sur les problèmes et les consé­quences subis par les enfants atteints du SAP et les parents concernés par l’aliénation et la rup­ture des contacts. Il traite de manière détaillée du rôle des acteurs des différents métiers juridiques im­pliqués et dis­cute de manière circonstanciée les interventions thérapeutiques en cas de SAP. Dans un paragraphe spécial de cet ouvrage, Lowenstein explique le syndrome de Stockholm dans le contexte du cas notoire de l’enlèvement de l’Autrichienne Natascha Kampusch en démontrant les similitudes avec le syndrome d’aliénation parentale SAP.

  4. Un aperçu d’une qualité scientifique remarquable sur les controverses dans le contexte du SAP se trouve dans Warshak, R. A., 2006 : Social science and parental alienation : Examining the disputes and the evidence ; in : Gardner, R. A., Sauber, S. R. & Lorandos, D. (eds.), International Hand­book of Parental Alienation Syndrome. C. C. Thomas Publisher, Springfield, IL., p. 352 – 371 (traduction allemande Warshak, R. A., 2005: „Eltern-Kind-Entfremdung und Sozialwissen­schaften – Sachlichkeit statt Polemik, Zentralblatt für Jugendrecht (ZfJ), 92 (5), 186 – 200).
    Cette publication est une mise à jour de son article : "Bringing Sense to Parental Alienation: A Look at the Disputes and the Evidence" dans Family Law Quarterly 2003, 37 (2): 273 - 301. Dans cet excellent article, le professeur Warshak fait le tour de l’état actuel des travaux scientifiques sur le SAP. De manière détaillée, il aborde les critiques connues tout en intégrant à sa présentation du concept du SAP de nombreuses suggestions relatives aux travaux scienti­fiques futurs.


  5. Dans le contexte du « Syndrome d’Aliénation Parentale »  l’ouvrage juridique exégétique standard du Bürgerliches Gesetz­buch(Code civil) allemand, Palandt (éditions C.H. Beck-Verlag, Munich 2006, 65e éd., vol. 7, art. 1684, mention en marge no. 7, page 1970 et 2007, 66e éd., vol. 7, art. 1684, mention en marge no. 7, page 1975 et aussi 2008, 67e éd., vol. 7, art. 1684, mention en marge no. 9, page 1952 se réfère à la traduction allemande de cet ouvrage de Warshak en ZfJ 05, 186 – 200.

  6. D’autres commentaires importants juridiques sur la discussion du PAS/SAP en Allemagne se trou­vent

    a) Dans l’ouvrage juridique exégétique J. von Staudingers, Kommentar zum Bürgerlichen Gesetz­buch (Code civil allemand) mit Einführungsgesetz  und Nebengesetzen, vol. 4 Familienrecht, art. 1684 – 1717 (Elterliche Sorge 3 – Umgangsrecht), Neu­bearbeitung 2006 de Michael Coester, Thomas Rauscher, Ludwig Salgo, Sellier  de Gruyter-Verlag, Berlin, men­tion en marge no. 37 – 39, pages 55 – 60.

    b) voir aussi Büte, D. dans: Gerhardt, P./von Heintschel-Heinegg, B. & Klein, M., Handbuch des Fachanwalts Familienrecht, 6e édition, 2008, vol. 4, men­tion en marge no. 595 – 599, p. 446 – 447, Luchterhand-Verlag, Munich.

  7. En Belgique et en France
    a) Les magazines belges Divorce et Séparation, no 3, 2005 (www.labor.be) et La Revue d’Action Ju­ridique et Sociale, no 222, 2002, p. 31 – 35 et no 237, 2004, p. 11 – 17,etles magazines fran­çaises Actualité Juridique famille no 11, 2004, p. 397 – 399 ; Synapse, Journal de Psychiatrie et Sys­tème Nerveux Central, no 188, 2002, p. 23 – 34 et no 227, 2006, p. 11 – 18 (info@nha.fr) et Re­vue Internationale de Psychoso­ciologie Vol. XIII, no 30, 2007, p. 89 - 111 (www.eska.fr) traitent de manière détaillée les sujets „Aliénation Parentale“ et „Syndrome d’Aliénation Parentale“ (SAP).    

    b) Un commentaire important sur un jugement du Tribunal de Grande Instance de Toulon (JAF) RG no 04/00694 du 4 juin 2007 qui mentionne explicitement le Syndrome d’Aliénation Parentale se trouve dans La Gazette du Palais (note de J. Pannier, Avocat à la Cour de Paris), 18 – 20 nov. 127 (322 – 324) 2007, p. 11 – 15 et aussi dans La Revue d’Action Juridique et Sociale, no 270, 2007, p. 58 - 62.           

    c) En France, le 22 octobre 2008, B. Goudard, de la faculté de médecine de Lyon-Nord de l’université Claude Bernard Lyon 1, a présenté une thèse de doctorat en médecine sur le „Syn­drome d’Aliénation Parentale“. Cette dissertation très intéressante peut être consultée sur  http://www.acalpa.org/pdf/sapthese.pdf. Il y est fait référence dans deux petits chapitres, entre autres à la similitude entre la dynamique psychologique du SAP d’une part, et du syndrome de Stockholm et du syndrome de Münchhausen par procuration de l’autre. La « méthode de Co­chem » allemande y est également évoquée.

    d) Des colloques ont été organisés sur le thème de l’aliénation parentale les 20 et 21 mai 2011 à Clermont-Ferrand, le 17 juin 2011 à Grasse et le 24 juin 2011 à Grenoble. (plus d’informations sur www.acalpa.org)


  8. Trois études méritent d’être mentionnées : Baker (2005 et 2007) sur les impacts à long terme de l’aliénation et Baker et Darnall (2006) sur les stratégies d’aliénation

    a) Baker, A. J. L. (2005). The Long-Term Effects of Parental Alienation on Adult Children: A Qualitative Research Study. American Journal of Family Therapy, 33: 289 – 302. Cette étude est le résultat de l’examen de 38 adultes con­cerné par un phénomène d’aliénation parentale alors qu’ils étaient enfants. L’étude fait état de 7 conséquences ma­jeures: - Amour-propre faible – Dé­pressions - Toxicomanie / alcoolisme - Manque de confiance - Aliénation de ses propres enfants – Divorce - Autres

    b) Baker, A. J. L. & Darnall, D. (2006). Behaviors and Strategies Employed in Parental Alien­ation: A Survey of Paren­tal Experiences, Journal of Divorce & Remarriage. 45 (1/2): 97 – 123

    c) Baker, A. J. L. (2007). Adult Children of Parental Alienation Syndrome – Breaking the Ties that Bind. W. W. Nor­ton & Company, New York, London. Ce livre prend appui sur une interrogation circonstanciée de 40 adultes atteints du SAP dès leur plus jeune âge. Leurs expériences sont exa­minées dans le contexte des théories cliniques et de la psycholo­gie génétique.

    Et encore:       
    Baker, Amy J. L. (2005). The cult of parenthood: A qualitative study of parental alienation. Cultic Studies Review 4(1):np. (étude comparative de l’endoctrinement dans des systèmes de sectes et lors de SAP)       
    Baker, A. J.L. (2010). Parental alienation: A special case of parental rejection. Parental Acceptance, 4(3), 4-5.   
    Baker, A. J. L. (in press). Resisting the pressure to choose between parents: A school-based program. Cultic Studies Journal.         
    Baker, A. J. L. & BenAmi, N. (in press). To turn a child against a parent is to turn a child against himself; à paraître dans: Journal of Divorce and Remarriage     .
    Baker, A. J. L. & Chambers, J. (2011). Adult recall of childhood exposure to parental conflict: Unpacking the black box of parental alienation. Journal of Divorce and Remarriage, 52(1), 55-76.
    BenAmi, N. & Baker, A.J.L. (in press). The long-term correlates of childhood exposure to parental alienation on adult self-sufficiency and well-being. American Journal of Family Therapy.

  9. Dans l’édition d’octobre de l’American Journal of Family Therapy 36 (5) 2008: 349 – 366 a paru un article détaillé du psychiatre américain clinique et médico-légal W. Bernet intitulé „Parental Alienation Disorder and DSM-V“ (http://www.informaworld.com/smpp/title~content=t713722633~db=all). Ce texte d’apparence sem­blable a été déposé pour examen par le Prof. Bernet et un groupe de psychiatres et psycho­logues médico-légaux et cliniques en août 2008 auprès du groupe de travail « Disorder in Child­hood and Adolescence » de l’American Psychiatric Association pour le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 5ème édition (DSM-V).

  10. Un article de Deirdre C. Rand intitulé « Parental Alienation Critics and the Politics of Science »
    a paru dans le « American Journal of Family Therapy », 39: pages 48 – 71, 2011.
    Ce travail examine les principales affirmations de deux groupes de détracteurs du syndrome de l’aliénation parentale et de l’aliénation parentale. Parmi les thèmes discutés, on retrouve le rôle du parent aliénateur, les interventions structurelles comme le changement du droit de garde, la relation entre le syndrome d’aliénation parentale et les accusations d’abus sexuel, ainsi que la controverse concernant l’utilisation du concept de « syndrome »


  11. a) En Espagne, le conseil de coordination des psychologues médico-légaux du conseil général du collège officiel des psychologues d’Espagne (Coordinadora de Psicologia Juridica del Consejo Gene­ral de Colegios Oficiales de Psicólogos de España) a publié le 18-06-2008 une déclaration soutenant fortement l’utilité de l’analyse du SAP dans les évaluations psychologiques dans des procédures relevant du droit des familles et les domaines s’y afférents. D’après cette publication, les chercheurs et les psychologues considèrent le SAP dans un consensus large en tant que trouble cognitif, émotionnel et comportemental d’un enfant, nécessitant un suivi scientifique et profes­sionnel adapté. Il est évident que le diagnostic doit être limité aux cas où toute forme d’abus et de négligence dans l’encadrement de l’enfant est totalement exclue. Le texte espagnol « Considera­ciones en torno a la Pertinencia del Síndrome de Alienación parental en la evaluación psi­cológica » se trouve sur la page http://www.infocop.es/view_article.asp?id=1942&cat=9;
    D’autres informations et livres en langue espagnole sont disponibles sur les sites suivants :  www.jmaguilar.com; http://amnistia-infantil.org/sap.htm; www.separaciones-divorcios.com; des ar­ticles spécialisés concernant le SAP sont également disponibles sur www.beideeltern.de/paslit.php.

    b) Le 14 juin 2007, le tribunal des affaires familiales de Manresa, en Espagne, a rendu un juge­ment  important dans le cadre du SAP, Sentencia pionera sobre el síndrome de alienación parental, dans l’affaire Sentencia del Juzgado de Primera Instancia número 4 de Manresa, de 14 de junio de 2007 (No. 567/06).
    Le droit de garde a été retiré à une mère qui a programmé par haine sa fille de huit ans contre son père et c’est le père qui a récupéré ce droit. Tout contact entre la mère (et le côté maternel de la famille) et sa fille a été interdit pour les six prochains mois. D’ici au déménagement chez son père, l’enfant devait vivre de façon transitoire chez ses grands-parents paternels. Cf.  http://www.separaciones-divorcios.com/noticias/index.php?id=31

    c) Le congrès spécialisé qui s’est tenu à Leon (Espagne) du 17 au 19 septembre 2009 sous le thème: « Sindrome de Alienacion Parental y Custodia Compartida » mérite d’être mentionné (voir : www.congresointernacionalsap.org ainsi que www.diariodeleon.es/noticias/noticia.asp?pkid=478411).

    Un autre congrès international sur le même sujet s’est tenu à Madrid du 27 au 29 mai 2010 (Uni­versidad de Alcalá de Henares); voir également sous www.congresointernacionalsap.org).


  12. Concernant le syndrome d’aliénation parentale, les modèles de comportement et la structure de la personnalité des parents aliénateurs ainsi que le problème des certificats pédo-psychiatriques déli­vrés dans des situations de litige au su­jet du droit de visite et du droit de garde lire W. Andritzky dans : Deutsches Ärzteblatt, 100 (2) 2003, p. 81 – 82 ; dans: Psychotherapie in Psychiatrie, Psy­chothera­peutischer Medizin und klinischer Psychologie 7 (2) 2002, p. 166 – 182 et dans: Praxis der Kinderpsycholo­gie und Kinderpsychiatrie, 52 (10) 2003, p. 794 – 811. Voir aussi en langue anglaise dans : The International Handbook of Parental Alienation Syndrome. Conceptual, Clini­cal and Legal Considerations (eds. R. A. Gardner, S. R. Sauber, D. Lorandos, C. C. Thomas Publ., Springfield, Ill., 2006, p. 195 – 208.

  13. L’article de von Boch-Galhau & Kodjoe “Psychologicial consequences of PAS indoctrination for adult children of divorce and the effects of alienation on parents” paru dans The International Handbook of Parental Alienation Syndrome. Conceptual, Clinical and Legal Considerations (eds. R. A. Gardner, S. R. Sauber, D. Lorandos, C. C. Thomas Publ., Springfield, Ill., 2006, p. 310 - 322) (incl. exemples de cas concrets) traite des conséquences psychiques subies par des enfants de parents divorcés exposés au SAP et par les mères et pères affectés d’aliénation et de rupture de contacts avec leurs enfants.

  14. Le manuel « Kindesmisshandlung und Vernachlässigung » de Deegener, G. et Körner, W. (éds.), Hogrefe, Göttingen 2005, fait état du syndrome d’aliénation parentale « Parental Alienation Syndrome » aux pages 684 - 685 et 694, l’évoquant comme une forme spéci­fique de violence psychique à l’égard des enfants en cas de conflits relatifs aux droits de garde et de visite, mention qui nous semble remarquable.

  15. Voir Katona, E. (2007). Parental Alienation Syndrome – Der Verlust des eigenen Kindes durch Trennung und Schei­dung. Eine Studie über den Verlauf des Kontaktabbruchs zum eigenen Kind und der daraus resultierenden Auswirkun­gen. Thèse de fin d’études non publiée, Institut de Psy­chologie de l’Université de Fribourg/Br.
    La psychologue Esther Katona de l’université de Fribourg/Br. a analysé dans son mémoire de thèse les conséquences pour les pères comme pour les mères de la séparation de leurs enfants. 80 % des participants à l’étude n’avaient pas vu leurs enfants depuis plus d’un an et même 20 % depuis plus de 7 ans. La psychologue était impressionnée de l’importance des impacts sociaux, psychiques et sur leur santé. 60 % décrivaient leur qualité de vie comme médiocre ou mauvaise. 53 % d’entre eux exprimaient un mal être. 45 % d’entre eux se disaient perturbés physiquement. Plus de 2/3 rapportaient des fatigues chroniques, des troubles du sommeil, des douleurs verté­brales. 67 % montraient des symp­tômes significatifs de dépression. Au delà des conséquences sur leur santé, la rupture des contacts avait égale­ment un impact notable sur leur vie sociale. Beaucoup de ces pères et mères séparés de leurs enfants avaient réagi en se repliant socialement, par la passi­vité et autres symptômes dépressifs. Quelques uns ont vécu cette rupture comme « pire que la mort d’un enfant ».

  16. Nous aimerions également attirer l’attention sur le livre de E. Schmidt & A. Mees „Vergiss, dass es Dein Vater ist! Ehemals entfrem­dete Kin­der im Gespräch“, Books on Demand GmbH, Mainz 2006. Dans ce livre, quatre enfants de parents divorcés âgés respectivement de 15, 20, 28 et 34 ans révèlent sous forme d’interviews comment ils ont vécu la séparation de leurs parents et la perte de leur père. Ils parlent de leurs expériences avec les offices d’assistance aux jeunes et avec les tribu­naux, et ils décrivent leur nouvelle rencontre avec leur père. Leurs récits confirment à nou­veau que les enfants ont besoin de leurs deux parents, qu’ils soient unis ou séparés.

  17. Le retour d’informations que nous recevons tant des experts que des personnes concernées laisse supposer que l’ouvrage de conseil non professionnel de Gabriele ten Hövel „Liebe Mama, böser Papa – Eltern-Kind-Entfremdung nach Trennung und Scheidung – Das PAS-Syndrom“ (Kösel, München, 2003) est ressenti comme utile aussi bien par des parents aliénés que par des parents aliénateurs.

  18. On trouve une description prégnante du syndrome d’aliénation parentale par D. Lorandos, psycho­logue et juriste américain, Dr. phil. et docteur en droit (www.psychlaw.net), coéditeur de l’International Handbook of Parental Alienation Syndrome sur: http://www.falsely-accu­sed.net/clientvideos/clientWMV/Parental%20Alienation%20cases.wmv (7:22 min; à télécharger et visualiser à l’écran).

  19. La télévision canadienne a diffusé un reportage très instructif sur l’aliénation parentale et le syndrome d’aliénation parentale, intitulé « W5 investigates: Children on the frontlines of divorce, W5: Poisoned Minds, part one » et « W5: Poisoned Minds, part two ». Dans ce film documentaire disponible sur Internet, Pamela Richardson décrit entre autres le cas tragique qu’elle a traité, un enfant de 16 ans aliéné par son père qui finit par se donner la mort en sautant d’un pont. (Elle a également écrit un livre à ce sujet: Pamela Richardson (2006), « A kidnapped mind: A mother's heartbreaking memoir of parental alienation. Toronto: Dundurm.) (cf. http://www.ctv.ca/servlet/ArticleNews/story/CTVNews/20091106/w5_divorce_091107/20091107?hub=Canada)

  20. Film documentaire sur l’enlèvement et l’aliénation : „Victims of another war – The Aftermath of Parental Aliena­tion“ avec des interviews de trois adultes concernés ; ce documentaire peut servir de film éducatif à l’attention des mé­tiers impliqués dans le divorce. Vous trouverez une descrip­tion de ce film dans Summers, C. C. et Summers, D. M. (2006): Parentectomy in the crossfire, American Journal of Family Therapy, 34 (3): 243 – 261, DVD, 30 min ; à comman­der sur: www.victimsofanotherwar.com.
    Sur le même sujet, il est recommandé de consulter aussi le site web www.takeroot.org.


  21. La formation continue des juges en matières matrimoniales, au sujet du SAP et de ses trois intensi­tés et degrés, peut également s’appuyer sur le film documentaire réalisé par M.K Jeanes (2003), cour d’appellation de Maricopa County, Phoenix, numéro de dossier: „Children of Divorce – A View from the Bench“ (DVD, 42 min) (en anglais). Vous trouverez une description de ce film aussi dans Summers, C. C. et Summers, D. M. (2006), au même endroit, pages 243 à 261.

  22. a) Le film „Family Ties and Knots: Children of Divorce“ (en anglais) permet de préparer la voie à l’accès des parents dépourvus du droit de garde à leurs enfants. Il peut être utilisé pour faire com­prendre aux parents les impacts nui­sibles causés par un comportement aliénateur. A commander sur : http://www.familysupportcenter.com/tiesandknots/videos.html (16 min, DVD, disponible égale­ment sous forme de Strea­ming Video, à télécharger)

    b) Le film „Family Ties and Knots: Parents on the See-saw“ (en anglais) peut aider les parents qui s’efforcent de se confron­ter de manière constructive. Il peut servir à promouvoir des contacts posi­tifs entre l’enfant et ses deux parents et à donner une plus grande constance et plus de stabilité aux enfants pris entre deux milieux familiaux. Dans ce film, une psychologue nous informe des mo­dèles de visites et de fréquentation des parents et des calendriers appropriés ou plutôt inappropriés pour les différentes classes d’âge. A commander sur http://www.familysupportcenter.com/tiesandknots/videos.html (25 min, DVD, disponible égale­ment sous forme de Strea­ming Video à télécharger)

  23. Le 20 juillet 2006, la Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg a rendu un arrêt retentis­sant dans l’affaire Koudelka c. République Tchèque (Affaire no. 1633/05). La requête en cette affaire matrimoniale avait été formu­lée pour violation allégée de l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme. Les paragraphes 35, 39 et 62 de cet arrêt nomment explicite­ment le terme « syndrome d’aliénation parentale », ce qui équivaut, selon nous, à la reconnais­sance juridique du phénomène SAP par cette haute Cour supranationale.
    L’arrêt est disponible en langue française sur le site Web de la CEDH ( http://www.echr.coe.int/ECHR/EN/Header/Case-Law/HUDOC/HUDOC+database/ List of recent judgements – Search – sélectionner « Français », saisir le numéro de la requête). Un commentaire circonstancié accompagné d’une traduction partielle de l’arrêt en allemand figure sur le site Web www.vaeterfuerkinder.de/Koudelka_Teil.htm que nous recommandons de lire.


  24. Le 18 janvier 2007, la Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg a rendu un arrêt retentissant dans l’affaire Zavrel c. République Tchèque (Affaire no. 14044/05). La requête en cette affaire matrimoniale avait été formulée pour violation allégée de l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme. Les paragraphes 16, 24, 28, 45 et 52 de cet arrêt nomment aussi explicitement le terme « syndrome d’aliénation parentale », diagnostiqué par un expert psychologique tchèque et substancié spécialement aux paragraphes 48, 50, 52 et 53. 
    L’arrêt est disponible en langue française sur le site Web de la CEDH
    (http://www.echr.coe.int/ECHR/EN/Header/Case-Law/HUDOC/HUDOC+database/ List of recent judgements – Search – sélectionner « Français », saisir le numéro de la requête).
    Voir aussi dans La Revue d’Action Juridique et Sociale, no 270, 2007, p. 55 - 62.

  25. Le 26 août 2010, l’ancien président brésilien Lula a signé une loi sur l’aliénation parentale.  (LAW 12318). Grâce à cette loi, au Brésil, les comportements d’aliénation des parents lors de séparations et de divorces sont sanctionnés. La traduction allemande est disponible à l’adresse http://www.vaeterfuerkinder.de; la version originale brésilienne se trouve sous http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/_Ato2007-2010/2010/Lei/L12318.htm).

  26. En Rhénanie-Palatinat, la circonscription judiciaire de Cochem pratique avec succès depuis 1993 un mode de coopération interdisciplinaire qui s’est entre-temps fait un nom en Allemagne sous l’appellation « Méthode de Cochem » (voir www.ak-cochem.de) et qui est également validé au ni­veau politique. Cette méthode semble appropriée pour prévenir de manière efficace le développement du SAP et des conséquences sociales, médicopsychologiques et économiques qui s’ensuivent. Mme T. Füchsle-Voigt décrit cette approche pratiquée à Cochem dans l’optique psychologique comme une recherche de « solution de conflits à travers une interconnexion multiprofessionnelle », voir d’une « coopération ordonnée dans le conflit familial comme processus d’ajustement » (dans Familie, Partnerschaft und Recht [FPR] 10 (11) 2004: 600 – 602 ou encore dans : Divorce et Séparation, 5, 2006: 101 - 109). J. Rudolph, juge aux affaires familiales, donne une description plus détaillée de la méthode de travail de Cochem du point de vu juridique dans son livre « Du bist mein Kind – die Cochemer Praxis, Wege zu einem menschlicheren Familienrecht », Berlin, 2007, La « méthode de Cochem » est issue de la pratique, et est basée sur la recherche d’ajustement psycho­social classique et sur la théorie bien connue de la dissonance (L. Festinger). Son objectif est de rétablir l’autonomie et la responsabilité des parents. Elle s’appuie sur le principe du respect des droits de l’enfant et des droits des parents.

  27. En 2008, les auteures canadiennes de réputation internationale B. Fidler (psychologue), N. Bala (juriste), R. Birnbaum (sciences sociales) et K. Kavassalis (juriste) ont publié le livre « Challenging Issues in Child Custody Disputes – A Guide for Legal and Mental Health Professionals », Thomson, Carswell, Toronto, Canada à destination des métiers impliqués dans le divorce. Cette publication contient un aperçu scientifique détaillé des thèmes Aliénation parentale et Syndrome d’aliénation parentale. Cet ouvrage expose de manière objective et compréhensible les controverses existantes par rapport à ces thèmes tout en tenant compte d’ouvrages essentiels de la littérature internationale spécialisée. Il traite en outre les modèles d’intervention interdisciplinaires récents destinés aux cas sévères d’aliénation parent – enfant (voir aussi sous 26. ci-dessous).        Des su­jets importants comme les modèles de fréquentation et de séjour, la violence domestique et les reproches de violence sexuelle dans le cadre de litiges relatifs au droit de garde y sont également traités dans deux chapitres circonstanciés et ce à un niveau scientifique élevé. Nous recommandons fortement ce livre.

  28. Un groupe de travail international composé de plus de 70 psychiatres, pédopsychiatres, psychologues, travailleurs sociaux et juristes praticiens et scientifiques de 12 pays a élaboré une proposition à l’attention de l’American Psychiatric Association (APA) et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette proposition vise à intégrer le « Parental Alienation Disorder » aux systèmes de diagnostic DSM-5 et ICD-11 et a été soumis pour décision aux comités scientifiques pertinents fin 2009 (voir : Bernet, W. et al.: "Parental Alienation, DSM-5 and ICD 11" dans : American Journal of Family Therapy, 38 (2): 76 – 187, 2010. http://dx.doi.org/10.1080/01926180903586583). Une ver­sion élargie de cette proposition est parue sous forme de livre en été 2010 : Bernet, W. (2010). Parental Alienation, DSM-5, and ICD-11. Charles C. Thomas Publisher Ltd., Springfield, Illinois, http://www.ccthomas.com.

  29. En janvier 2010, le magazine spécialisé renommé Family Court Review (voir Family Court Review, Vol. 48, Issue 1 (Jan. 2010), http://www3.interscience.wiley.com/journal/118499535/home) a publié plus de 200 pages d’articles de scientifiques et praticiens américains et canadiens de grande réputation sur le thème des « enfants aliénés de parents divorcés ». Ces articles examinent les différents aspects de la discussion scientifique à ce sujet ainsi que des modèles d’intervention fondés (p.ex. ceux de R. A. Warshak,; de R. A. Warshak & M. R. Otis et de J. Sullivan, P. A. Ward & R. M. Deutsch) relatifs aux cas d’aliénation sévère parent – enfant. Ces programmes psy­chologiques pourraient revêtir un intérêt pour d’autres pays ; ils visent à reconstruire chez les enfants de parents divorcés fortement aliénés la relation perdue avec l’un de leurs parents, de leur rendre ainsi leur identité perdue et de démontrer que contrairement à l’opinion communement admise, il est possible d’intervenir même dans des cas d’aliénation parent – enfant fortement con­flictuels.

  30. Suite à une douzaine de congrès internationaux sur le thème de l’Aliénation parentale et du Syndrome d’aliénation parentale, tenus entre 2002 et 2010 en Europe, aux Amériques et au Canada (exemples : www.pas-konferenz.de;www.cspas.ca; www.congresointernacionalsap.org;), l’Association of Family and Conciliation Courts (AFCC) réputée a consacré, à l’occasion de sa 47e convention annuelle (du 2 au 5 juin 2010 à Denver, Colorado) plus de 80 conférences et ateliers au sujet de l’aliénation parent – enfant. Ce congrès a traité de tous les aspects et de toutes les controverses relatives à ce sujet et présenté plusieurs modèles d’intervention différents
    (voir www.afccnet.org).


    Télécharger


Dr. med. Wilfrid von Boch-Galhau

Dr. phil. Walter Andritzky

Dipl.-Psych. Ursula Kodjoe

Dr. iur. Peter Koeppel